Nos vins

Grands Crus Classés

Château Pape Clément Cru Classé de Graves

Depuis ses premières vendanges en 1252, il a acquis, par son caractère unique au monde, une renommée internationale.

Château Pape Clément Cru Classé de Graves

Découvrir

Château La Tour Carnet Grand Cru Classé en 1855, Haut-Médoc

Issu d’un terroir exceptionnel datant du XIe siècle, ce Grand Cru est l’un des plus anciens de la région.

Château La Tour Carnet Grand Cru Classé en 1855, Haut-Médoc

Découvrir

Château Fombrauge Grand Cru Classé de Saint-Émilion

Connu comme le plus grand domaine de Saint-Émilion, le Grand Cru Classé Fombrauge recèle, tel un trésor, six siècles d’histoire.

Château Fombrauge Grand Cru Classé de Saint-Émilion

Découvrir

Clos Haut-Peyraguey Premier Grand Cru Classé de Sauternes en 1855

Né au plus haut point de la commune de Bommes dans le Sauternais, ce Grand Cru Classé est, depuis quatre siècles, le fruit d’un savoir-faire unique.

Clos Haut-Peyraguey Premier Grand Cru Classé de Sauternes en 1855

Découvrir

& Assimilés

Château Les Grands Chênes

Séjourner

Nos Châteaux et Hôtels

Château Pape Clément

Pessac-Léognan

Au cœur de ses jardins, les oliviers millénaires et l’imposant Cèdre du Liban veillent en silence sur le Château, révélant tout en subtilité ses charmes d’époque.

Château Pape Clément

Pessac-Léognan
Préparez votre séjour

Château La Tour Carnet

Haut-Médoc

Un séjour au Château La Tour Carnet, un voyage dans le temps.

Château La Tour Carnet

Haut-Médoc
Préparez votre séjour

Château Fombrauge

Saint-Emilion

Connu comme l’un des plus anciens domaines de Saint-Émilion, le Château Fombrauge et ses vignes recèlent, tel un trésor, six siècles d’histoire.

Château Fombrauge

Saint-Emilion
Préparez votre séjour

Visiter et Déguster

Nos Domaines

Château Pape Clément Cru Classé de Graves

À travers ce Cru Classé, partez à la découverte
de sept siècles d’Histoire.

Château Pape Clément Cru Classé de Graves

Découvrir le château

Château La Tour Carnet Grand Cru Classé en 1855, Haut-Médoc

Venez vivre l'histoire d'un des domaines viticoles les plus vieux du Bordelais.

Château La Tour Carnet Grand Cru Classé en 1855, Haut-Médoc

Découvrir nos offres Découvrir le château

Château Fombrauge Grand Cru Classé de Saint-Émilion

Du XVIe siècle à aujourd’hui, replongez dans la magie de son Grand Cru exceptionnel.

Château Fombrauge Grand Cru Classé de Saint-Émilion

Découvrir le château

Se former

L‘Académie du vin Bernard Magrez

Créez votre propre vin avec B-Winemaker

Lors d’une expérience unique dans un cadre d’exception, expérimentez l’art délicat de l’assemblage.

Privatiser

Nos espaces pour vos événements

Votre salle de réception

Qu’il soit solennel, festif ou intime, votre événement trouvera pleinement sa place chez nous.

Votre célébration de mariage

Parce qu’un mariage est un événement unique dans une vie, rendez le vôtre encore plus inoubliable.

Vos évènements professionnels

Réunissez-vous sans contrainte, et dans le plus grand raffinement.

Nos vins du Sud de le France et nos vignobles du Monde

Des vins d’une qualité exceptionnelle qui portent l’empreinte de la signature Bernard Magrez partout dans le monde, offrant la garantie d’émotions pures.

Découvrir

Acanthe Hôtel

Bordeaux

Dans le centre historique de Bordeaux, l'Acanthe Hôtel vous réserve chaque jour le meilleur accueil qui soit.

Préparez votre séjour

Découvrez toutes nos offres

Plongez au cœur des vignobles bordelais avec les visites et dégustations dans nos domaines.

Voir toutes les offres

Découvrez encore plus d’offres Académie du vin dans notre rubrique “Toutes nos offres”

Atelier, formation, découverte, percez les secrets des grands vins…

Voir toutes nos offres

Votre événement sur-mesure

Lancement de produits, conférence, soirée de gala, baptême, anniversaire... Organisez votre évènement dans l'un de nos lieux de prestiges : Châteaux ou encore Institut Culturel Bernard Magrez.

Nous contacter En savoir plus

Actualités
et évènements

De belles émotions vous attendent.

| laissez-vous guider
Retour au listing
Entreprise

Jamais Renoncer, telle est ma devise

Comment a commencé votre carrière professionnelle ?

Bernard Magrez : J’ai débuté dans la vie avec pour seul et unique diplôme un certificat d’aptitude professionnelle de scieur de bois obtenu à Bagnères-de-Luchon, dans une école destinée aux jeunes ayant du mal à s’adapter au système scolaire classique.

Qui vous a mis le pied à l’étrier ?

A l’âge de dix-huit ans, Jean Cordier, m’a pris sous son aile. Il était propriétaire de plusieurs châteaux et négociant en vin. J’ai commencé par travailler au chai, j’ai tout appris, et au bout de deux ans j’ai intégré les bureaux. Mais je suis vite entré en conflit avec d’autres employés...

Que s’est-il passé ?

Jean Cordier m’avait demandé de vérifier que l’argent de la société était bien dépensé. J’ai voulu trop bien faire. J’ai bousculé la hiérarchie et en particulier deux Directeurs de l’entreprise qui s’en sont plaints. Un soir, M. Cordier m’a appelé dans son bureau et m’a gentiment demandé de chercher du travail ailleurs. Ce fut un gros revers pour moi, mais aussi une chance.

D’autres personnes vous ont aidé...

Un banquier de Jean Cordier, un certain M. Poitevin, m’a convoqué et m’a dit que ce qui m’arrivait était injuste. Ce même banquier avait commencé tout en bas de l’échelle comme saute-ruisseau, un peu comme moi à l’époque où nous nous sommes rencontrés.

Que vous a-t-il proposé ?

Il m’a expliqué que deux de ses clients, Jean et Pierre Greloud, propriétaires d’une toute petite entreprise qui vendait du vin de Porto, cherchaient quelqu’un pour leur succéder. Cela me tentait mais je n’avais pas d’argent. Grâce à M. Poitevin, le Crédit Commercial de France m’a prêté la somme nécessaire à l’achat de cette société. Cette entreprise faisait un chiffre d’affaire de 220 000 anciens francs, ce n’était pas une multinationale, nous étions 3 dans l’entreprise.

Quel fut votre premier geste fort ?

J’ai vite changé le nom de la société. Greloud est devenu William Pitters : cela sonnait plus anglais, à cette époque les anglais avaient une forte influence sur le marché des vins de Bordeaux. D’abord, je l’avais appelé Pitters, puis aux jeux olympiques de cette époque, une nageuse américaine comme Kelly dans le ski, avait raflé toutes les médailles, elle s’appelait Esther William. Va pour William Pitters, un prénom qui gagne.

La reprise de cette entreprise fut-elle facile ?

J’avais une énergie folle. Sauf que je ne connaissais rien à la gestion. Alors j’ai suivi des cours du soir à la faculté de Bordeaux. Cours qui étaient réservés aux adultes.

Et peu après, en 1962, vous vous êtes rendu aux États-Unis…

Oui, on m’a parlé d’un voyage d’étude aux États-Unis pour rencontrer Bernardo Trujillo, économiste et premier théoricien de la grande distribution. Je me suis retrouvé dans l’avion avec Marcel Fournier, le créateur de Carrefour, Jean Cam des magasins Rallye et Gérard Mulliez qui a fondé Auchan. En rentrant en France, j’ai demandé à Marcel Fournier de vendre mon porto dans ses Hypermarchés. Il m’a rendu un service formidable qui m’a donné confiance.

Avez-vous diversifié votre offre ?

J’ai innové en créant le whisky William Peel, puis les punchs préparés, les tequilas San Jose. Je me suis parfois inspiré de ce que faisaient des entreprises américaines. Il y eut le succès des vins Malesan, du Sidi Brahim… Bien plus tard j’ai acquis les grands crus classés de Bordeaux. J’ai fait l’acquisition des 4.5% qui étaient à vendre dans le Château Pape Clément et peu à peu je suis monté à 100%.

Durant toutes ces années, quel fut votre moteur ?

Je voulais m’en sortir. Je partais de très bas, j’avais été traité de bon à rien par mon père et je voulais lui démontrer qu’il s’était trompé. D’un point de vue plus entrepreneurial, mon autre moteur a toujours résidé dans cette volonté permanente de comprendre les désirs conscients mais aussi inconscients des consommateurs vins et spiritueux. Et de traduire cela par des offres assez souvent gagnantes.

Tout cela implique de grandes prises de risques…

Il faut faire des paris. J’en ai gagné, j’en ai perdu aussi. Mais si vous restez alité, vous ne ferez jamais grand-chose. Une entreprise, c’est comme une bicyclette, si elle n’avance pas, elle tombe. J’ai rencontré de nombreux vents contraires car ma famille n’a rien à voir avec le vin. A Bordeaux c’est pénalisant et la tempérance n’est pas ma première qualité.

Votre carrière fut-elle solitaire ?

Elle fut solitaire à 70% et réalisée en équipe pour les 30% restants. Si vous avez confiance en vous, vous tenez vous-même les rênes de l’entreprise et par chance mes collaborateurs suivent.

En faisant le bilan de toutes ces années, avez-vous des regrets ?

Je considère que j’aurais pu faire mieux. J’aurais pu développer plus vite mon entreprise à l’export. Mais il a fallu que j’attende de posséder les grands crus classés pour enfin donner une dimension économique internationale à mon activité. Aujourd’hui, je réalise 80% de mon chiffre d’affaires à l’export.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune entrepreneur ?

Il faut toujours envisager une situation économique sous tous ses aspects, afin de rendre la décision la plus efficace. Ce n’est pas toujours facile, mais ça évite les erreurs coûteuses et surtout ne jamais renoncer.

Et sur un plan plus général, que lui recommanderiez-vous ?

Je pense que la passion saine et permanente pour son activité, pour son métier, est un terrain propice à l’intuition. Enfin, il faut aimer la vie, être bien conscient des satisfactions que l’on a eu et savoir qu’elles peuvent revenir. C’est un vrai confort mental qui vous aide à aller vers des succès de toute nature.

Partager