Château La Tour Carnet Rouge 2021

Grand Cru Classé en 1855, Haut-Médoc

Caractéristiques

Lieu : Saint-Laurent Médoc
Assemblage 2021 : 54% Merlot, 46% Cabernet Sauvignon
Age des vignes : 26 ans
Densité de plantation : 8 000 à 10 000 pieds /ha

Dégustation

« Noyau rubis opaque, reflets violets, éclaircissement subtil sur le rebord. Nez généreux de mûres confites, orange confite, quelques épices fines et nougat. Corps moyen, baies noires, tanins subtils, bonne fraîcheur, un vin de tous les jours, se boit dès à présent »

Peter Moser

Accords mets & vin

  • Boeuf
  • Lamproie à la bordelaise
  • Forêt noire
  • Lièvre à la royale
  • Risotto à la truffe

Conservation

2025-2040

Produit issu d'une exploitation à Haute Valeur Environnementale

Notes & Récompenses

  • 95/100

    Bernard Burtschy

  • 93/100

    Vertdevin Magazine

  • 92/100

    James Suckling

95/100

Bernard Burtschy

« Robe noire. Joli nez de mûre avec un vin dense avec de la matière et de la mâche, du boisé aussi, jolie finale sur un beau merlot mûr. Une belle réussite. »

93/100

Vertdevin Magazine

« Le nez est fruité et offre une petite concentration, un grain finement serré. On y retrouve des notes de mûre charnue/pulpeuse, de violette et plus légèrement de prune violette fraiche associées à de petites touches de petits fruits rouges assez mûrs ainsi qu’à des pointes de baton de réglisse, de violette, à une discrète pointe de camphre et de vanille. La bouche est fruitée et offre de la jutosité, de la suavité, une bonne définition, de la fraicheur, de la précision. En bouche ce vin exprime des notes de mûre pulpeuse/juteuse, de violette et plus légèrement de prune bleue juteuse/pulpeuse associées à des touches de petits fruits rouges éclatants, de bleuet, de réglisse ainsi qu’à de fines pointes de vanille bourbon, à une discrète pointe de toasté. Bonne longueur. De la sapidité en fin de bouche/persistance »

92/100

James Suckling

« Un Médoc linéaire et typique ici avec du cassis et des notes de menthe verte au nez et en bouche. Tanins fermes, polis et légèrement veloutés »

Singularités Viticoles
Singularités Vinicoles
Climat
  • Age des vignes : 26 ans
  • Nature du sol : Socle d’argile fortement calcaire recouvert d’une épaisse couche de graves gunziennes.
  • Mode de conduite du vignoble :
    • Viticulture de précision
    • 1er effeuillage : mi-juillet côté levant
    • 2ème effeuillage : mi-août côté couchant
    • Vendanges manuelles en cagettes
  • Pôle d’étude d’adaptation des cépages au réchauffement climatique.
  • Vinification :
    • Premier tri à la vigne
    • Tri manuel sur tables vibrantes, suivi d’un éraflage avec un WINERY de pellenc
    • Tri optique
    • Refroidissement de la vendange à l’aide d’un tunnel cryogénique (par pulvérisation d’azote liquide)
    • Encuvage par gravité à l’aide d’un cuvon.
    • Vinification en cuves bois et en cuves ciment de petite capacité.
    • Macération pré-fermentaire à froid (8°C).
    • Pigeage entièrement manuel.
    • Fermentation alcoolique à basse température (28°C).
    • Durée de macération de 25 à 32 jour.
    • Elevage en barriques de 16 mois, dont 30% de barriques neuves.
  • Oenologues conseil : Michel Rolland

Un Automne / Hiver contrasté
L’automne a été doux et humide avec une température supérieure à la moyenne de 1,5°, et un mois de décembre le plus humide des vingt dernières années. Même si janvier a connu un léger pic de froid, l’hiver a été chaud et humide. Entre Octobre et Mars, l’excèdent de pluviométrie était de +49% et il a plu presque tous les jours jusqu’à mi-février. L’effet combiné de cette humidité et de la montée des températures a engendré un débourrement précoce à la fin du mois de mars.

Un Printemps / Eté frais
Le printemps a été beaucoup plus frais que les normales saisonnières, particulièrement le mois d’avril avec un fort épisode de gel en début de mois. Ces conditions météorologiques ont permis de débuter ce millésime sous une pression sanitaire assez faible. Mai a aussi été un mois froid (-1.8°C par rapport aux normales saisonnières) et particulièrement pluvieux, avec des précipitations pratiquement quotidiennes. Ces conditions ont augmenté la pression sanitaire, la dégradant par les fortes pluies du mois de juin qui a ainsi connu la plus forte pluviométrie depuis les vingt dernières années.

L’été a été frais et humide, excepté en août, avec des températures inférieures d’un degré en moyenne par rapport aux normales saisonnières. Les longues humectations et faibles températures n’ont pas permis de faire baisser la pression sanitaire mais nous avons tout de même atteint de belles maturités technologiques et phénologiques.

Notre Savoir-Faire

Un savoir-faire unique tourné vers l’excellence

Nos actions en faveur de l'environnement

Pour un avenir plus durable du vin, nous préservons les terroirs de nos vignobles.

Nos best sellers